Actualités et trouvailles

Novembre 2016



Durant la deuxième guerre mondiale des colis pouvaient être expédiés aux prisonniers de guerre par l'intermédiaire de la Croix Rouge Française. Une Postkarte, servant d'accusé de réception, permettait à l'expéditeur d'être informé que son envoi était bien parvenu et réceptionné intact. Ici en l'occurence les colis avaient été expédiés, en février et mars 1944, par la Brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul.




Septembre 2016

Deux cartes rares le même mois. On a du mal à croire qu'il existe encore de tels trésors cachés. Cette carte postale prise dans la cour de la Brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul vient d'être retrouvée. On peut se poser la question s'il n'existe pas d'autres clichés faits le même jour, car manifestement on est devant une mise en scène. En effet, on connaît d'autres vues semblables avec l'attelage au même endroit, dans la même position, avec le même éclairage. © Collection privée Reproduction interdite.



Cette autre carte postale a été retrouvée en Allemagne, un siècle tout juste après son envoi en juin 1916. La photo montre une maison de Mons-en-Barœul transformée en lazareth durant la première guerre mondiale. Cette construction ne correspond pas à des constructions connues comme la maison des pères Oblats ou la villa Solitude. © Collection privée.



Le mot lazareth (ou lazaret / lazarett) désigne en langue allemande un hôpital militaire. Comme pour les hôpitaux français, pendant la Grande Guerre, il existe un réseau de " Lazarett ", à l'arrière des lignes allemandes. Ils sont installés dans des fermes de villages à l'arrière du front, mais aussi dans les hôpitaux existant dans les villes occupées
Le mot français est emprunté (1577) à l'italien lazzaretto " lieu de quarantaine pour les malades atteints de maladies incurables et contagieuses " mot attesté dans le Journal du Vénitien G. Priuli (1494-1512). Derrière ce mot on retrouve " Saint Lazare ", patron des lépreux, de Santa Maria di Nazaret (parfois écrit Nazareth, ce qui explique les variétés orthographiques avec lazareth), de Nazareto au XVe siècle, nom d'une île vénitienne où l'on mettait en quarantaine, depuis 1348, les malades contagieux revenus de Terre Sainte.



Juillet 2016

Une série de 3 cartes éditée par la municipalité monsoise, a été distribuée durant l'été 2016, à l'occasion des " Dimanches du Barœul ", les 17, 24 et 31 juillet 2016.









Mars 2016

Le début de l'année 2014, à l'occasion du centenaire du premier conflit mondial, avait été l'occasion de retrouver des cartes photos avec des vues inédites du Fort de Mons-en-Barœul. Deux autres nouvelles cartes postales,  ont été dénichées en Allemagne, dans la région de Bavière. Ce n'est guère étonnant car on sait que ce sont des régiments bavarois qui étaient présents. Ces clichés nous montrent une image insoupçonnée du Fort Mac donald très éloignée de celle du trou noir. L'armée allemande a transformé ce lieu de détention en un coin bien agréable !
Collection personnelle © Reproduction interdite sans autorisation.




Février 2016



On aurait pu penser que l'apparition du numérique aurait supprimé l'édition de cartes postales concurrencées par les envois de mails et autres messages internet. En fait cette nouvelle technologie donne indirectement un nouvel essor à ce support avec des éditions limitées, comme cette série, de 16 cartes, qui vient d'être publiée en Roumanie ! A noter l'utilisation d'un ancien blason de la ville de Mons-en-Barœul, totalement anachronique avec les clichés qui sont récents. De même l'utilisation, déjà signalée, pour la brasserie Heineken d'une vue de l'usine des Pays-Bas.
Bizarrement, l'église Saint-Pierre qui était le monument le plus reproduit il y a un siècle n'y figure plus, avec à la place l'apparition de la mosquée. De même le Fort de Mons, la Résidence de l'Europe, le métro, les béguinages et les clichés du Mons en pleine mutation ne sont pas dans cette vision lointaine de notre ville ...


Janvier 2016



Cette carte existe en deux versions, l'une courante dans la série B.F. Paris et l'autre avec la mention de l'éditeur Pottier Hallez à Dives-sur-Mer. 
La marque B.F. Paris désigne Berthaud Frères. Ce sont des imprimeurs et photographes parisiens, connus pour leurs cartes postales à contour. La majorité d’entre elles ont été éditées avant la réforme de 1904, avec un dos simple.
Les Pottier et Hallez étaient des familles originaires de la région, on voit d'ailleurs leurs noms sur des devantures de commerces reproduits sur certaines cartes postales de Mons-en-Barœul.



Novembre 2015

La série de 10 cartes éditée par la municipalité monsoise, a été distribuée à l'occasion de l'ouverture du Carrefour City dans la galerie de l'Europe.












Octobre 2015

La municipalité monsoise va éditer une série de 10 cartes montrant les transformations de la ville. Après les cartes de l'association Eugénies publiées en ce début d'année, on assiste à une floraison étonnante, qui laisse augurer de beaux jours pour ces " bouts de carton " !

Par ailleurs une nouvelle carte éditée par les pères Oblats est apparue.





Septembre 2015

C'est en Roumanie que vient d'être déniché cet autre trésor du Pélican, montrant la brasserie Heineken mère avec la mention d'une de ses filiales à Mons-en-Barœul.



Avril 2015

Non, nous ne sommes pas le 1er avril. Ce sont bien trois nouvelles cartes postales qui viennent d'être éditées concernant Mons-en-Barœul. Les premières de ce siècle ! Malgré le développement des SMS et autres textos ce support a donc encore de beaux jours devant lui. C'est l'association Eugénies qui avec l'éditeur croisien Floriscope publie ces cartes. L'une est sur le thème du Fort de Mons-en-Barœul, une deuxième sur celui des Brasseries de Mons-en-Barœul et la troisième concerne les constructions de l'architecte Gabriel Pagnerre.







Février 2015

Un cliché d'un estaminet totalement inconnu à Mons-en-Barœul vient d'être découvert. Sur une carte photo, on voit cet établissement à l'enseigne " Au rendez-vous des brasseurs " avec ses propriétaires posant devant la porte. L'abreuvoir est là pour rafraîchir les montures des cavaliers pendant que ceux-ci se désaltèrent à l'intérieur. Pendant ce temps le cheval reste attaché à l'une des barrières qui longent toute la façade. On pouvait aussi s'y procurer " Le Petit Journal " comme l'indique la plaque fixée à l'angle du bâtiment. La photographie est vignettée, en raison de l'utilisation d'un objectif à focale inadaptée. Ce document, qui porte au dos l'inscription " Mons en Baroil ", date probablement de la fin du XIXème siècle.  © Reproduction interdite - Collection personnelle.




Les établissements Debout ont sorti une carte postale publicitaire en 1968. Cette maison installée au 1 rue Voltaire à Mons-en-Barœul était spécialisée dans l'ébénisterie (on trouve des documents avec les n° 3 et 5 dans la même rue). Cette carte a été éditée peu de temps avant la cessation d'activité.




Albert Dehout qui a fondé cette entreprise en 1928, n’était pas un artisan ordinaire. Il dirigait une « ébénisterie spéciale pour TSF ». Il avait réinventé le vieux métier au service d’un outil moderniste : la « Transmission Sans Fil » qui permettait aux heureux possesseurs de récepteurs de radiodiffusion de capter les passionnantes émissions régionales de « Radio PTT », nationales de Radio Paris, ou internationales de Radio Londres (très prisées pendant la guerre, dans le secteur). En ce milieu du XXe siècle, la radio était un luxe. On  la trouve surtout dans les familles aisées. Les fabricants soignent autant l’électronique que l’apparence de l’objet. Il y a aussi les postes de radio imaginés par les électriciens de la ville, comme Lucien Parent, rue du Général de Gaulle. Avant-guerre, à Mons, très peu de maisons possèdent l’électricité. La plupart des postes de radio sont alimentés par des accus (de 4 ou 48 V, suivant les modèles) rechargés tous les 15 jours dans l’atelier de Lucien. L’entreprise d’Albert s’adresse aussi à une clientèle  moins aisée. Beaucoup de gens de cette époque fabriquaient leurs postes de radio, eux-mêmes. Parfois, ceux-ci marchaient très bien mais leur apparence laissait à désirer. Il valait mieux cacher le génial bricolage de papa dans un meuble ad hoc. Albert Dehout, propose, à tous, « ses meubles pour TSF » qui classent les heureux propriétaires de postes dans la catégorie des « gens raffinés ». Il existe des modèles pour tous les goûts et à tous les prix. Il peut s’agir de simples tables aux dimensions et aux formes étudiées comme de commodes ou véritables armoires qui respectent le goût de l’époque et s’intègrent à  la salle à manger ou au salon. Albert livre ses meubles en « noyer naturel verni » mais si on le lui demande, il fait du sur-mesure et fournit à ses clients des variantes en « chêne, acajou ou palissandre ». 


Janvier 2015

Pour fêter la nouvelle année ce sont deux cartes prises au moment de l'occupation allemande de Mons-en-Barœul pendant la guerre 14-18 qui viennent d'être retrouvées. Elles viennent s'ajouter à toute une série apparue à l'occasion du centenaire de ce premier conflit mondial et que nous avons pu présenter dans une exposition au Fort de Mons et reproduire dans une brochure. On y découvre l'armée allemande sous un jour inconnu, la vue ci-dessous montrant des soldats, en treillis, effectuant les moissons. On reconnaît le clocher de l'église Saint Pierre au milieu du cliché, derrière la moissonneuse lieuse tiré par un attelage de 4 chevaux. La lignée des maisons visible au lointain droit est celle de la rue Parmentier. Avec ces quelques points de repère, malgré que ce quartier soit complètement urbanisé, on peut situer cette vue au niveau de l'actuel bureau des postes.



L'autre document montre des militaires allemands dans un moment de détente, ils sont éloignés du front. De nombreux soldats logeaient à Mons-en-Barœul, au fort, dans des écoles, des fermes ou dans des villas réquisitionnées. Une image très surprenante.



Novembre 2014



Dans la série des clichés pris durant la première guerre mondiale, celui-ci a été réalisé à proximité du Fort de Mons-en-Barœul, comme l'indique l'inscription figurant au dos en écriture gothique allemande. A l'occasion du centenaire du déclenchement de ce conflit, de nombreux documents enfouis au fond des greniers refond surface. Sur cette carte postale photo on découvre un des ambulances allemandes stationnées devant un hôpital de campagne. Il s’agit d’un lazaret, qui était le nom donné par les Allemands à leurs hôpitaux militaires. Le nombre important d’ambulances témoigne de l’intense activité qui devait y régner. Le logo de la Croix Rouge figure sur la maison et les véhicules qui ont été identifiés comme étant de la marque du constructeur Horch.
Le militaire allemand vu de dos, porte un brassard avec la croix rouge qui masque l'insigne de son corps, très probablement une grenade compte tenu de son équipement qui comprend une boîte avec le masque à gaz, une dague, un anneau pour la pelle, une gourde et un sac à pain. Il tient également une couverture roulée sous son bras droit.
© Collection privée - Association Eugénies




Octobre 2014

Il existe deux cartes postales représentant le maître-autel de l'église de Mons-en-Barœul, celle présentée ci-dessous et une autre avec un gros plan sur le médaillon central. Ces deux cartes ont été édités pour le lancement d'une souscription. Au dos figure la mention manuscrite du Curé Alfred Salembier qui remercie de cette première initiative.





Ce maître-autel, en marbre rouge veiné de blanc, a été classé monument historique en 1926. On pense que c'est une œuvre de Guillaume Kerriex, un élève de l'école anversoise du maître Artus Quellin. Il est arrivé à Mons-en-Barœul en 1851. Il s'agissait d'une donation de Guillaume Declercq-Cumont qui avait acquis le château de Deurne, près d'Anvers, où il se trouvait. Le médaillon central représente une scène biblique : la récolte de la manne par les Hébreux dans le désert.


Août 2014

En cette période estivale, un breuvage rafraîchissant serait le bienvenu. C'est ce que nous apporte ce livreur de la Brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul. Sur cette carte photo postale on peut lire le nom des deux chevaux Athos et Bayard. Cette précision est portée à l'encre violette ainsi que l'indication livraisons. Au niveau du tablier du livreur, qui porte le n° 44 sur sa casquette, une mention a été grattée. Un enfant, sur le bord gauche, regarde cette scène avec intérêt.



Juin 2014


La série complète, éditée par Pottier Hallez (Edition P.H.), avec la double marque ELD (Ernest Le Deley) du tissage A. Ply et Faure Frères est enfin rassemblée. Ce sont 2 nouvelles cartes inconnues qui viennent d'être découverte. Nous reproduisons ci-dessous l'ensemble des 6 cartes. Il existe aussi une carte postale avec l'entête du tissage Lechartier, qui succédera à cette entreprise de la rue Pasteur à Mons-en-Barœul. Collection privée ©.









Mai 2014

La série des cartes postales éditées par Laffineur Samin à Hautmont est difficile à complèter, ces documents sont assez rares. C'est d'autant plus dommageable de voir qu'une carte de cette série a été perdu lors d'un envoi à son acquéreur ! C'est ce qui est arrivée à la carte numérotée 19, reproduite ci-dessous. La poste semble moins performante qu'à l'époque de son premier envoi ... A noter qu'elle porte un signe distinctif qui empêchera toute revente frauduleuse.



Les cartes postales photos de la Brasserie de Mons-en-Barœul sont certainement nombreuses, mais bien entendu difficile à cataloguer. Les livreurs étaient très fier de se faire photographier devant leur attelage, celui-ci est particulièrement superbe avec un des deux chevaux qui a une robe mouchetée. La vitre gravée de la porte d'entrée semble indiquer que nous sommes devant un estaminet en cours de livraison. On remarque toutefois l'absence d'une quelconque publicité de la Brasserie. Collection privée ©.



Un éditeur de cartes (K limited) situé au Royaume-Uni a publié cette carte photo argentique, montrant la maison " Bel Abri ". Une habitation due à l'architecte Gabriel Pagnerre. Elle est située au numéro 10 rue des Prévoyants. Elle figure, en 1905, sous la référence cadastrale 1529, le long du chemin particulier. A l'époque de sa construction, elle se situait sur un terrain très dégagé, ce qui explique ce toit terrasse qui devait fournir une vue tous azimuts assez surprenante. Collection privée ©.




Avril 2014

Voici encore une trouvaille. Une façon bien agréable d'être invité à découvrir Mons-en-Barœul.



Ce type de carte postale est malheureusement très - trop - fréquente (voir celles dénichées en octobre et février 2012 et qui figurent plus bas). Le mois d'avril nous a donné une envie de rapprocher Mons-en-Barœul des zones empoisonnées. Avouez que la pêche n'est pas mauvaise ... Il s'agirait toutefois de Mons-en-Pévèle, mais il a tellement d'autres Mons qu'on peut rêver à une pêche miraculeuse du 1er avril !


Février 2014

Après la série de cartes centenaire du Fort de Mons durant son occupation par l'armée allemande lors de la première guerre mondiale, la récolte continue avec cette fois une vue de la Brasserie de Mons-en-Barœul à la Foire Commerciale de Lille. Nous connaissions déjà une vue similaire. Autant le breuvage alcoolisé est à consommer avec modération, autant nous ne goûtons pas notre plaisir de consommer sans modération toutes ces nouvelles trouvailles.



Ci-dessus la nouvelle carte postale, qui vient d'être retrouvée, qui permet de découvrir la partie gauche de la vue représentée sur l'autre carte connue depuis très longtemps.






Une nouvelle carte postale du fort de Mons-en-Barœul, vient s'ajouter aux trois autres cartes allemandes de l'éditeur Emil Mehlorn. Celle-ci représente une vue générale de la façade ouest. © Collection particulière - Reproduction interdite




Janvier 2014

Il y a donc maintenant deux cartes connues reproduisant les cloches de l'église Saint-Pierre. Ces cartes souvenirs ont été éditées à l'occasion du baptême des cloches. Celle de la cloche de la Victoire qui pèse 860 kg et donne le fa naturel vient s'ajouter à celle de la cloche de la Paix qui pèse 365 kg et donne le la dièse.



Beaucoup de nouveautés en ce début 2014 avec une nouvelle carte colorisée.
La série éditée, en 1905, par Berthaud Frères à Paris avec le sigle BF Paris, comporte 15 vues en noir et blanc. Une réédition en couleur a été publié en 1906. Une nouvelle carte colorisée vient d'apparaître. Il s'agit de la n° 2 représentant l'église de Mons-en-Barœul. Sur la série des 15 cartes nous en connaissons donc maintenant 6 qui ont été mise en couleur. Ce sont les numéros 1, 2, 5, 6, 7 et 9.



Une année qui démarre fort !



Cette photo légèrement surexposée, qu'heureusement les nouvelles technologies peuvent améliorer, a été éditée en carte postale par Emil Mehlhorn à Dresden (Dresde). C'est la première photo retrouvée montrant l'armée allemande occupant le Fort de Mons-en-Barœul, durant la première guerre mondiale. © Collection particulière - Reproduction interdite


Quelques jours plus tard nous avons déniché deux autres documents. Les cartes postales, provenant du même éditeur, montre des prisonniers civils dans la cour des casernes du Fort de Mons-en-Barœul durant la première guerre mondiale. © Collection particulière. Reproduction interdite.




Décembre 2013

Voici des nouvelles cartes photos issues de collections privées. Ce sont des jeunes soldats monsois qui ont participé à la guerre de 14-18.



Novembre 2013

Voici donc la 500ème carte répertoriée de la ville de Mons-en-Barœul © Collection particulière - Reproduction interdite. Quelle coïncidence de voir cette carte photo apparaître alors que nous approchons du 11 novembre, prélude aux commémorations du centenaire de la déclaration de la guerre 14/18.



Ces neuf soldats de l'armée allemande posent sur les marches du perron du château Faucheur. La bâtisse avait été réquisitionnée durant la première guerre mondiale pour y loger les gradés. On y voit les officiers et leurs aides de camp, ainsi que deux estafettes au dernier rang avec leurs lunettes caractéristiques. On est à l'arrière du château, du côté parc. Cette carte postale photo est à comparer avec l'autre qui donne une vue plus générale de cette même demeure avec les chevaux dans l'herbe.

Une bonne partie de l'état-major allemand était réparti dans les trois châteaux, rue des acacias (maintenant avenue Emile Zola), du château Virnot actuellement les bâtiments de la Mondiale jusqu'au château Faucheur devenu le collège Lacordaire.

Au dos le texte est difficilement déchiffrable.  On parle de " Kurrentschrift ", qui est l'ancienne écriture cursive allemande, et qui est presque incompréhensible pour un jeune d'aujourd'hui. Toutefois avec beaucoup de patience et l'aide de nombreuses personnes on devrait pouvoir bientôt vous donner la traduction.

Les cartes postales étaient dans un album qui a été trouvé à Ergoldsbach, une commune de Bavière, située dans l'arrondissement de Landshut, dans le district de Basse-Bavière.



Octobre 2013



L'armée allemande descend la rue Jeanne d'Arc © Reproduction interdite


On connaissait déjà une carte (reproduite ci-dessous) représentant l'armée allemande en train de descendre la rue Jeanne d'Arc à Mons-en-Barœul, grâce au webmaster de ce site qui avait permis son identification. Une deuxième carte (ci-dessus), sur le même thème, vient d'être retrouvée en Allemagne. On y remarque aux quatre coins les marques laissées par des trous de punaise. Le texte écrit en langue germanique apporte des précisions, comme pour l'autre vue. Il s'agit dans les deux cas de cartes photos. Un témoignage émouvant alors que se profile les commémorations du centenaire de la première guerre mondiale. Avec ce document c'est donc la 499ème carte de Mons qui vient d'être retrouvée. Quelle sera la 500ème ?


La première carte photo retrouvée, de l'armée allemande descendant la rue Jeanne d'Arc à Mons-en-Barœul, avait été prise au même endroit. Son identification laborieuse (plus d'un an de recherche) a été confirmé par plusieurs éléments dont la maison au fond à l'angle de la rue Rollin, les arbres du Bois Gras, la rue pavée et les deux murs. Au premier plan le sommet du mur a été remanié depuis cette identification. © Collection privée. Reproduction interdite sans autorisation.


Juillet 2013

L'Institut gynécologique est représenté sur plusieurs cartes postales. On le comprend, car cet établissement, à la limite de Lille Saint Maurice, apportait avec d'autres bâtiments visibles sur cette vue, un cachet particulier à l'entrée de Mons-en-Barœul qui avait fière allure. Il ne reste en 2013 qu'une seule maison ! L'œuvre des démolisseurs a fait disparaître successivement cet Institut gynécologique du Dr Turgard et la rue Chateaubriand attenante ainsi que le château du même nom, et un atelier de Gabriel Pagnerre pour la construction de la voie rapide, ainsi que le Château Blanc pour la construction d'un petit parking. Bientôt ce seront les derniers vestiges de la ferme d'Halluin qui subiront le même sort. On peut se demander les raisons de cet acharnement ...





Mai 2013

Une nouvelle carte de l'estaminet " Le petit tonnelier " est venu s'ajouter aux deux autres connues concernant cet établissement. Situé juste à côté du passage Condorcet (qui deviendra la rue Paul Claudel) et de la boulangerie Castel, qui existe toujours, ce café a eu comme tenancière Rose Dubois. Cette nouvelle carte photo indique les noms de Cavillon et Bonnet de part et d'autre de celui de l'estaminet. On remarque le bec de gaz, que l'on retrouve sur d'autres vues de Mons-en-Barœul de cette époque. Au premier étage, au bas de la fenêtre, on distingue l'habituel manchon porte drapeau, présent sur chaque café. 
Ce café était situé au 44 route de Roubaix, actuellement c'est le 42 rue du Général de Gaulle. Il se trouve face à la cour Sainte Marie.
Qui sont les deux personnages ? 
S'agit-il de Célina Bonnet et de son époux Louis Cavillon ?
On trouve un couple Cavillon Bonnet, en 1910, au 20 rue de Roubaix. On sait que les parents de Célina Bonnet (à cette adresse) tenaient déjà un café dans les années 1880.






Avril 2013

Ce mois-ci ce sont les cartes concernant les brasseries de Mons-en-Barœul qui viennent de s'étoffer.

Voir, en cliquant ici, le site consacré aux brasseries de Mons-en-Barœul.

Cette carte représente un livreur de la brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul, avec son attelage de chevaux. La voiture n° 28 porte une mention publicitaire pour la bière Bock Cristal qui titrait 4°. Il s'agit d'une bière dite de table qui était livrée en caisse de bois de 12 bouteilles d'un litre à bouchon mécanique. Le livreur qui passait à domicile échangeait les caisses vides. Un système très écologique avant l'heure, car les bouteilles en verre sérigraphiée consignées retournaient à la brasserie pour un nouveau cycle. Lavées, elles pouvaient être réemployées en changeant simplement la rondelle en caoutchouc de l'étanchéité du bouchon. La sérigraphie empêchant un autre emploi et la nécessité de reposer une nouvelle étiquette.



Février 2013

Les cartes des Franciscains de Mons-en-Barœul, viennent de s'enrichir de façon spectaculaire. Il existe deux séries :

- L'une, plus ancienne, publiée à partir de 1923, où figure ces deux phrases au dos " 20 Sujets différents " " Séminaire des Missions Franciscaines, Mons-en-Barœul (Nord) ". On ne connaît actuellement que 3 cartes sur les 20. Il s'agit de cartes, à dos vert, éditées à partir de phototypies par Charles Chambon à Bordeaux.




- L'autre, publiée en 1934, comportant 25 cartes numérotées, dont nous ne connaissions, jusqu'à présent, que quelques vues comme la n° 3. La série complète est maintenant identifiée. Cette série concerne la Mission des pères Franciscains Français au Chan-Tong Oriental (Chine) et porte au dos la mention reproduite ci-dessous :


Carte n° 1 - Sa Gr. Mgr Adéodat WITTNER, Franciscain, Evêque de Milet, Vicaire apostolique - Résidence : Chéfou
Carte n° 2 - Mgr WITTNER, encadré de deux jeunes prêtres chinois

Carte n° 3 - Le séminaire de Chéfou avec les PP. Henri VIELLE et Louis M. FREDERIC, Directeurs, et un maître chinois

Carte n° 4 - Mgr WITTNER avec quatre futurs élèves de la Propagande

Carte n° 5 - Le P. Irénée, le père chinois Tchang et deux élèves

Carte n° 6 - Mgr WITTNER visite les œuvres : les enfants et les vieillards de l'hospice

Carte n° 7 - Groupe de chrétiens - Mgr WITTNER fait des heureux

Carte n° 8 - La Crèche : Les enfants avec leurs nourrices sous la direction des Sœurs


Carte n° 9 - A la Crèche : Les nourrices nous présentent leurs bébés. L'U.M.F. contribue au rachat et à l'éducation chrétienne des enfants païens abandonnés par leurs parents


Carte n° 10 - Un groupe de Célestes

Carte n° 11 - A l'Orphelinat : Le repas des enfants
Carte n° 12 - Quelques types d'enfants élevés par la Mission
L'U.M.F. par les prières et les offrandes de ses membres procure le salut du corps et de l'âme à ces pauvres enfants - L'entretien d'un enfant coûte annuellement 300 francs


Carte n° 13 - A l'Orphelinat : Les plus grandes viennent en aide aux plus petites.
La Mission du Chan-Tong oriental comporte 9.000.000 d'habitants ; sur ce nombre 16.000 seulement sont catholiques 6.000 catéchumènes. Il s'y trouve 27 missionnaires européens, 18 prêtres indigènes, 34 séminaristes
Carte n° 14 - Le groupe des premières communiantes. Elles prient maintenant Jésus pour tous leurs bienfaiteurs


Carte n° 15 - Les petites ouvrières de l'imprimerie aux pieds de Marie


Carte n° 16 - Le Mariage en Chine : La mariée quitte la maison paternelle
Carte n° 17 - Deux jeunes époux chrétiens
Carte n° 18 - Ambulance nouveau modèle qui porte un infirme à l'Hôpital


Carte n° 19 - Bonnes vieilles de l'Hospice se racontant leurs souvenirs de jeunesse

Carte n° 20 - Un heureux mortel ! Il va faire la cueillette des fruits
Carte n° 21 - La récolte du sorgho - Une rue de village


Carte n° 22 - Un moulin primitif
Carte n° 23 - Missionnaires revenant de voyage avec leur boy


Carte n° 24 - Chéfou, résidence de l'Evêque - Porte de la Ville
Carte n° 25 - Groupe de Missionnaires à Tsing-chow-fu


Janvier 2013

Dans la série des cartes publicitaires artisanales, deux viennent d'être découverte. 

La première concerne l'entreprise de menuiserie de Monsieur Constant Eve située au n°8 dans l'impasse Vandenabeele qui donnait dans la rue Parmentier. A l'époque les menuisiers avaient une activité très diversifiée allant de la fabrication des charpentes et des meubles jusqu'à celle des cercueils. D'autres menuisiers, comme l'entreprise Dubrulle-Nivesse rue du Faubourg de Roubaix, signalaient les mêmes spécialités. Cette carte postale a été éditée par l'imprimerie de Clovis Van Rompu à Fives Lille.



La seconde est une carte de l'entreprise Claessens, dont nous connaissons déjà deux autres vues. La carte postale est sortie de l'imprimerie A. Maeght à Lille. Prenant la suite de l'ancienne firme des frères Claessens et compagnie, la société anonyme Claessens possédait des antennes à Milan, Anvers et Cologne en plus de Mons-en-Barœul. Elle fabriquait des vernis pour la carrosserie, le bâtiment et l'industrie. Ses deux produits les plus célèbres étaient l'émail élastique Japonika et le siccatif triple L'Etoile.



Octobre 2012



Cette carte est-elle vraiment digne de figurer dans la série des cartes de Mons ? Nous en doutons.


Septembre 2012



Il existe trois cartes représentant ce quartier. Le nom de la Chapelle d'Elocques vient effectivement d'un petit édifice qui existe toujours où les passants venaient déposer une locque (autrement dit un tissu) d'un petit malade en invoquant sa guérison. Cette carte qui est en sépia fait partie de la série Editeur Matheus, tabacs qui en compte six. Elle a été éditée en 1938. Les autres cartes représentent la rue des Fleurs, le Boulevard de la Paix, l'Entrée du Stade Jules Lemaire (Sporting club Fivois), l'Ecole de filles Louise de Bettignies et l'Ecole de garçons Louis Pasteur.

Juin 2012

En ce milieu d'année une autre belle surprise, avec cette carte postale (carte photo) rarissime de la Brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul (BCM). Il s'agit d'une vue représentant des tonneliers, sis au Tape Autour. L'inscription " Tous les bénéfices entièrement reversés aux coopérateurs " est visible sur le tonneau du centre, avec la mention en périphérie " Brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul ". On remarque aussi la lettre S qui donne la taille du récipient, on utilisait des mesures anglaises (S = small). Ce tonneau est porté par deux ouvriers, à l'aide d'un tinet. Il s'agit d'une pièce de bois en forme de joug sur laquelle pendent deux chaînes. A l'extrémité des chaînes des crochets permettent de fixer les bords du tonneau.  Cette carte date du début du 20e siècle (vers 1910). La vue a probablement été prise dans la cour pavée de la brasserie, où la tonnellerie était installée. Les ouvriers, la plupart moustachus et avec une casquette, portent des galoches et des tabliers de cuir, sans doute fabriqués par la tannerie de Charles Deroy située à côté. Un des ouvriers, qui tape sur les anneaux de fer, effectue la manœuvre du cerclage, d'où vient l'expression " Tape Autour ", tandis qu'un autre porte un broc qui sert à refroidir le cercle de métal une fois en place sur les douelles du tonneau en bois. Le personnage assis sur un tonneau tient une cruche en grès sur laquelle on peut déchiffrer " Cruchon Syphon Bière de la Brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul ".


Une autre découverte qui complète la petite série de l'éditeur Lucien Pollet, notée Edit. P.-L., Lille. On ne connaît que 3 cartes dans cette série.



Les 3 cartes sont les suivantes : 1 Le Grand Trocadéro, 2 Le Fort de Mons en Baroeul et 3 La Route de Roubaix.



Février 2012 

Le début de l'année 2012 est à nouveau très riche en découvertes. 


Une carte photo, vient d'être dénichée à Combs-la-ville. Par quel circuit cette carte de la maison construite par Gabriel Pagnerre et habitée par Monsieur Pottier (mention figurant au dos) s'est retrouvée dans cette ville ? Il s'agit de la villa de la rue du Général de Gaulle, connue pour posséder deux magnifiques Ginko biloba, qui sur cette vue sont encore inexistants, ce qui permet d'avoir une idée sur l'ancienneté du document.




Une carte à bords festonnés de la série Cim, connue en couleur, vient d'être trouvée en noir et blanc. Détails intéressants : les fils du tramway qui ont été gommés sur la vue en couleur sont visibles sur celle-ci.








L'éditeur Préaux-Ghlin a réalisé une série de cartes sur le thème de Mons-en-Barœul. Nous en connaissions deux :
- L'une à bord vert marquée " Un Baiser de Mons-en-Barœul " timbrée avec une marianne rouge à 10c, qui a donc circulé mais la date est illisible
- Une autre avec la mention " Bonjour de Mons-en-Barœul ".
Un troisième carte vient d'être découverte avec la mention " Mes amitiés de Mons-en-Barœul ", celle-ci a également circulé.


 


Octobre 2011



Une ancienne carte postale du Fort de Mons



Ce document qui vient d'être découvert, en octobre 2011, est assez étonnant. Il s'agit d'une ancienne carte postale (carte photo) du fort de Mons-en-Barœul sous la neige. Document d'autant plus rare qu'il était interdit de photographier cet ouvrage militaire à cette époque. Collection particulière © Reproduction interdite sans autorisation.


La salle de sports




Juin 2011




Les cartes postales photos sont souvent difficile à identifier, celle-ci à au moins le mérite d'être aisée à localiser. Quelquefois c'est la datation qui pose problème. Le bureau de postes de Mons-en-Barœul a déménagé à plusieurs reprises. Cette vue avec les préposés et leurs vélos posés contre la façade date forcément d'avant 1940. En effet on distingue sur la gauche la boulangerie Canis-Janssens qui a été détruite dans le bombardement du 28 mai 1940. Comme ce bureau a été construit en 1932, on a donc une marge étroite de datation de 8 ans. Actuellement c'est le siège de la circonscription d'action sociale. Voir pour plus de renseignements le livre Regards Croisés Mons-en-Barœul aux Editions Alan Sutton aux pages 36 et 37.
 

Mai 2011


Qui se souvient de la " Botte Rouge " ? Cette épicerie mercerie a été détruite pour permettre le passage des camions de l'entreprise Baillivet. C'est actuellement l'entrée de l'Intermarché rue Franklin. Merci à David D* qui nous a communiquée cette carte postale photo, datée de 1942, ainsi que la suivante. Merci aussi à Monique et Michel Pollet qui ont apporté les précisions. L'estaminet de Léon Lesoin était situé dans le même quartier au bout de la rue Tiers, à côté de l'entreprise Nord Bouteilles. Ces deux cartes postales photos font partie d'une collection particulière, elles ont été retouchées avec élimination des tâches, des rayures, des plis etc. La reproduction en est interdite.







Mars 2011




Cette autre carte qui vient d'être découverte, toujours grâce à la sagacité de notre ami Bernard, porte en légende : M. Nénon 240 rue Daubresse Mauviez Mons-en-Barœul (Nord) à la Foire Internationale de Lille en 1929. Nous connaissions déjà une autre carte avec la photographie de ce commercial en vins et spiritueux. Celle-ci figure dans la rubrique " Activités et commerces " de ce site. Vous pouvez la découvrir en tapant le mot clef " Nénon " dans la case de recherche ci-contre à gauche. M. Nénon était Agent général des établissements C. Charton fils à Beaune, Prieur à Vertus (Marne) et Portos TH. Besset Cie à Paris.





Janvier 2011


Cette carte postale vient s'ajouter aux deux autres déjà connues du Tissage Ply et Faure frères. La carte qui porte la double mention ELD en bas à gauche et Edition PH, qui signifie Pottiez-Hallez, en bas à droite représente La Lainerie de cette usine qui était située rue Pasteur à Mons-en-Barœul. Elle a été postée en 1921. Les deux autres cartes illustrent Le Parage et une salle de Tissage. Collection particulière © Reproduction interdite.



La carte ci-dessous est une variante de celle qui était déjà sur ce site. La photographie de la mairie de Mons-en-Barœul reprise est différente, les autres vues sont identiques.






Décembre 2010


Une fin d'année bien riche avec encore deux beaux cadeaux de Noël aux visiteurs de ce site (juste pour voir, attention vous ne pouvez les utiliser *). 
* Nous vous rappelons que toutes les vues ne peuvent être reproduites qu'après accord. 


Une carte postale photo datée de 1911 montre la classe 2 devant les bâtiments de l'école Sévigné.






Un prix record a été atteint pour la carte ci-dessous, qui vient d'être retrouvée, et qui représente un livreur de la brasserie de Mons-en-Barœul. L'inscription " Mons-en-Barœul " est nettement visible sur l'original au sommet de la cabine du conducteur. Le lieu n'a pu être identifié avec précision, il pourrait s'agir de la cour de la brasserie. 







Novembre 2010

Encore des belles découvertes en ce mois de novembre 2010. Et merci une nouvelle fois à Bernard Wasiewicz qui a retrouvé ces cartes commandes de la brasserie de Mons-en-Barœul.





































Octobre 2010



Le mois d'octobre 2010 a été particulièrement riche en nouvelles trouvailles. Toutes ces nouvelles cartes on été ajoutées aux séries à leur place correspondante afin de faciliter les recherches.


Merci à Bernard Wasiewicz qui nous a communiqué deux cartes semi modernes encore non répertoriées. Elles ont été publiées par l'éditeur Pierron à Sarreguemines sous les numéros 2563 et 3794. Cet éditeur a mis sur le marché de nombreuses vues de la Zup de Mons-en-Barœul, au moment de sa création, dont plusieurs aériennes. 


Ci-dessous la carte n°2563 longtemps inconnue qui est venue s'ajouter à la série dite des 2000 de l'éditeur Pierron, numérotées de 2562 à 2567. Cette série est donc désormais totalement identifiée.
































Ci-dessous la carte n° N 3794, également longtemps inconnue, qui est venue s'ajouter à la série dite des 3000 de l'éditeur Pierron à Sarreguemines, numérotées de 3791 à 3799. Cette série est donc désormais, elle aussi, totalement identifiée. Elle comporte cinq cartes avec un blason entourées d'un cadre rouge (N 3795) ou bleu (N 3797, N 3799, plus deux cartes de la série des 4000 qui sont N 4219 et N 4400) et une série avec les numéros complémentaires numérotées : N 3791 Avenue Robert Schuman, N 3792 Résidence de l'Europe, N 3793 Avenue Robert Schuman, N 3794 L'Hôtel de Ville, N 3796 Parc de la Solitude - La Piscine et N 3798 Les P.T.T. Les cartes avec les numéros intermédiaires font partie d'une autre série du même éditeur avec le blason de la ville : 3795 (Av. Robert Schuman, la nuit), 3797 (Salle des Fêtes), 3799 (Chatameurop).














La carte ci-dessous semi moderne, de l'éditeur Cim (Combier Imprimeur Macôn), inconnue jusqu'à présent, a atteint un sommet record aux enchères ! Cela peut paraître étonnant compte tenu de sa relative ancienneté. Elle représente la Résidence de l'Europe le 26 juillet 1972. Mais c'était il y a déjà 40 ans ... Les cartes modernes et semi modernes longtemps négligées par les amateurs prennent, et c'est logique, de la valeur et de l'intérêt avec le temps.





Cette autre carte ci-dessous vient également d'être découverte. La série EC (Edmond Cailteux de Lille) existe en noir et blanc et en couleur. Celle, reproduite ci-dessous, qui porte le n°2 était inconnue jusqu'à présent dans sa version couleur.



Juillet 2010


Cette carte postale de l'usine de vernis Claessens à Mons-en-Barœul, a servi de support publicitaire. Nous en connaissions déjà un exemplaire grâce à la gentillesse de Simonne Lemattre. Récemment un deuxième original vient d'être découvert. 


L'intérêt réside dans le texte, rédigé en flamand, qui figure au dos de ces cartes postales (voir reproduction ci-dessous). En tout point identique, il s'agissait donc d'une démarche de prospection, ventant la qualité des produits. Adressée à des peintres, depuis la Belgique, cette carte a donc été tirée en de très nombreux exemplaires ... seules deux nous sont parvenus. Cela donne une idée de la difficulté de retrouver certains documents anciens même édités à l'époque en nombre conséquent. Le document peut-être agrandi en cliquant dessus, pour en faciliter la lecture.




Cette carte photo, qui figure à la page 15 du quatrième ouvrage que nous avons publié sur Mons-en-Barœul, a été prise en 1914 dans le parc du Château Faucheur. Monsieur Delattre, le directeur de l'école Lacordaire, a pu découvrir cette vue et se prêter aimablement à un regard croisé. Collection particulière © Reproduction interdite. 


Ci-dessous le dos de cette carte photo avec le texte en allemand.



La découverte récente (le jeudi 8 juillet 2010) de la carte de gauche, qui représente l'église Saint Pierre de Mons-en-Barœul, nous confirme ce que nous pressentions. Il y a donc bien eu deux séries différentes de cartes postales au dos vert chez l'éditeur Lucien Pollet. Une série porte les initiales LP en caractères normaux et l'autre avec les mêmes initiales en italique LP. Certaines cartes représentent les mêmes vues, mais pas toutes comme dans l'exemple ci-dessus avec la LP4 qui est un cliché de la rue de la sablière et la LP4 qui montre l'église Saint-Pierre. De ce fait il pourrait y avoir des cartes inconnues dans chacune des séries. Toutefois les mêmes vues ont été utilisées dans d'autres séries et avec une autre numérotation, comme la LP4 qui est aussi connue avec la référence 6 Edit PL.


Juin 2010


Parmi plusieurs nouvelles découvertes, voici celle-ci (en juin 2010). Il s'agit d'un groupe de militaires photographié à Mons-en-Barœul. Cette carte photo a sans doute été prise dans une cour de ferme, comme d'autres qui sont déjà répertoriées. Plusieurs cartes parmi ces nouveaux documents seront publiées dans le prochain ouvrage " Regards Croisés ".



Septembre 2009


La complexité de répertorier l'ensemble des cartes postales autour d'un thème précis, persistera. On peut s'aider des catalogues d'éditeur et surtout de la mise en commun comme c'est le cas ici sur ce site pour les cartes de Mons-en-Barœul. On se heurtera néanmoins toujours à l'incertitude d'avoir retrouvé la totalité de la production. C'est ce qui constitue le plaisir pour certains collectionneurs, toujours à l'affût d'une trouvaille. Dans notre cas c'est le désir de sortir de l'oubli des éléments à jamais disparate, éparpillé par le hasard des circuits postaux. Retrouver les informations et surtout faire partager ces découvertes, tel est notre seul but. C'est ainsi qu'une nouvelle carte, il s'agit d'une variante, est encore venue compléter cette collection en ce début d'année 2009. Une année qui s'annonce bonne et que nous souhaitons partager.
La Braderie de Lille est une des occasions de rencontrer de nombreux collectionneurs et de faire quelques belles découvertes. Ce fut encore le cas cette année ... avec une carte rarissime. Les prix s'envolent malheureusement puisque l'on a même vu une carte de Mons-en-Barœul affichée à 150 € !
Deux nouvelles cartes modernes ont été ajoutées à ce site en octobre 2009. Ce sont celles de la Batterie Academy de Mons.


La totalité des cartes répertoriées a été mise sur ce site.
* Voir note par rapport à la reproduction

Noël 2008


Voici la dernière découverte de 2008, il s'agit d'une carte postale, dite carte photo qui a été adressée à Mademoiselle Marcelle Waymel le 31 mai 1905 par Louise Waymel. Comme la carte avec la voiture (ci-dessous un peu plus bas) elle a été envoyé au 8 Boulevard St Vincent à Orléans. Les Waymel étaient propriétaires de la brasserie de Mons-en-Barœul. Cette carte qui est de sa fabrication, comme elle l'explique dans le texte, représente l'entrée de la Brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul. Il s'agit d'un document tout à fait exceptionnel qui était inconnu et qui a été déniché à Strasbourg ! Un vrai cadeau de Noël pour les visiteurs de ce site.

A noter que plusieurs cartes nouvellement découvertes avaient déjà été ajoutées en début d'année ... dont cinq totalement inconnues.
Dernièrement la série des cartes photos Pagnerre était venue compléter ce site.
Il y a donc encore des trouvailles à faire ...




















































Merci à ceux qui "profitant" de ce site veulent bien à leur tour nous aider dans nos recherches.
Vous pouvez ajouter des commentaires, avec vos coordonnées si vous le souhaitez.
Vous pouvez obtenir un droit de reproduction * après accord du créateur de ce site.










Contacter Jacques Desbarbieux - Association Eugénies - Président fondateur de l'Association historique de Mons-en-Barœul.
Ecrire à : eugenies2008@orange.fr


Récemment la carte ci-dessous, qui vient d'être découverte, a été ajoutée. Merci à l'arrière petit-fils de Fernand Cailteux, de nous avoir apporté des précisions.